l'article a été placé dans votre panier.
ARTICLE PAS DISPONIBLE
L'article a été placé dans votre liste.
679.jpg
aller vers la liste des producteurs

producteur

Asociación Centro Cultural y Artesanal - POP ATZIAK

création
1988
lieu
San Cristobál (siège)
producteurs
env. 175
sous-groupes
plusieurs communautés villageoises
pourcentage de femmes
plus de 80 %
produits
articles en coton tissés main
numéro de producteur
124654

L’organisation
Au temps de la guerre civile, la population indigène du Guatemala était la cible de persécutions et massacres systématiques. Depuis l’armistice en 1996, leurs conditions sociales et économiques ne se sont améliorées que très partiellement. Frappés de pauvreté et d’analphabétisme, ils restent marginalisés. Toutefois, il existe de nombreux groupes d’entraide, constitués pendant la guerre dans des conditions extrêmement difficiles, qui se battent à tous les niveaux, même politique, pour la reconnaissance des droits des peuples mayas. Parmi eux figure le « centre culturel et artisanal Pop Atziak » fondé, sous forme d’ association, à la fin des années 80. Implantée dans les montagnes lointaines du nord-ouest du pays, cette association soutient ses 44 membres par la commercialisation d’articles traditionnels en coton tissés main tout en impliquant, lorsque le volume des commandes le permet, env. 130 autres artisan-e-s de la région. Parallèment, elle organise des formations et mène des projets communautaires tels que le reboisement. En accord avec son nom d’origine quechua, Pop Atz’iaq, « histoire tissée », elle vise à valoriser la culture millénaire des Mayas, et à sauvegarder, voire renforcer leur identité. Ainsi, elle a lancé des écoles et des programmes d’alphabétisation bilingues (quechua/espagnol), et a créé à San Cristobál un petit musée d’art textile.

Le produit
claro fair trade a choisi différents hamacs et écharpes porte-bébé en pur coton (lavables à 40° C). Tous les articles sont faits main, et garantis sans colorants AZO. Pour les écharpes porte-bébé, le métier à ceinture traditionnel reste de mise ; pour les hamacs, les artisan-e-s utilisent aujourd’hui le métier à tisser à pédales.

L’impact du commerce équitable
- améliorer les conditions de vie des peuples mayas
- offrir des possibilités de formation (en particulier aux femmes)
- valoriser l’art textile traditionnel
- sauvegarder la diversité des cultures et des langues des Mayas